Journée mondiale contre le SIDA – Point à Pékin

Le nid d'oiseau décoré à la l'occasion d'une journée mondiale contre le SIDA

Vous l’avez entendu à la TV, à la radio, dans les journaux et les magazines. Le premier Sidaction 2012 c’est aujourd’hui. Dans nos écoles, nos universités on profite donc de cette journée pour faire une piqûre de rappel concernant la prévention de l’épidémie et l’importance du dépistage.

En Chine, beaucoup de progrès ont été faits en matière de lutte contre l’épidémie et de prévention ces 10 dernières années grâce à l’augmentation du nombre d’ONG sur le terrain et un plus grand support de la part du gouvernement, les efforts de prévention, l’amélioration à l’accès du dépistage anonyme et à la dé-stigmatisation des malades du Sida.

 
Même si personnellement, les jeunes chinois avec qui j’ai pu abordé le sujet ne m’ont pas éblouis par leurs connaissances sur la maladie… Ils en ont une certaine idée, et on peut même voir des affiches au nœud rouge dans les métros. Malgré cela, on assiste en 2011 et 2012 à un mystérieux retour en arrière concernant les mentalités.

Après Pékin, qui en Juillet 2011 adopta une loi (comme 10% des villes du pays) rendant obligatoire la présentation d’une pièce d’identité pour être dépisté ainsi que l’obligation aux personnes dépistées positives d’informer leur proche de leur séropositivité. C’est au tour de la province du Guangxi d’adopter cette loi (adoption au 8 février 2012).
Cette loi controversée, à l’origine établie afin de responsabiliser les malades sur leur maladie, protéger leur entourage et « améliorer leur prise en charge » a eu des effets négatifs concernant le nombre de dépistage… (Ou magique concernant le nombre de nouveaux cas découverts).
En effet, difficile de ne pas faire la relation avec la baisse de 75% (annoncée par certaines sources) du nombre de dépistage à Pékin depuis Juillet 2012.
A noter que d’autres sources n’annoncent pourtant pas cette baisse comme on peut le lire dans cet article provenant de Xinhua  mais tous s’accordent à dire que l’application de cette loi n’est pas facile en mettre en place et qu’il faudra faire du cas par cas…
Cela était prévisible, dans une société traditionnelle où les discriminations concernant la maladie et l’homosexualité restent fortes, les candidats au dépistage ne veulent pas risquer de perdre leur emploi, leurs amis ou même leur famille.

Point « positif » de cette loi, on découvre une augmentation du nombre de vente de kit de dépistage sur internet… les gens voulant se faire dépister le font maintenant seuls, ou clandestinement aidés par des ONG…

En attendant, comme maman me dit souvent : « il vaut mieux prévenir que guérir… Sortez couverts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>